retour a l'accueil accueil -> ours n° 13 -> pierre de gondol

Collection
l'ours-polar

Liber Niger

Liber Niger, le livre noir en latin, est une nouvelle maison d'édition, centrée autour du noir, à Toulouse.

En ces temps de profusion du roman noir, de multiplication de maisons d'éditions spécialisées et autres collections vouées au genre, on voit de tout dans le paysage éditorial français, pour le meilleur et pour le pire (c'est triste à dire, mais c'est le plus souvent). Petite nouvelle, petite dernière (mais vu les générations spontanées en ce moment, c'est dur à suivre), Liber Niger vient de montrer le bout de son nez.

Fondée par quatre passionnés : Lyne Strouc, Jean Pons, Michel Mathe et Guy Claverie, elle a pris comme principe de faire du noir illustré, et dans les règles de l'art, c'est-à-dire avec une bonne maquette et de la place laissée à l'illustrateur; on est loin d'une image pour vingt pages de textes et c'est une bonne chose.

Comme jeu, des sentiers... (couverture)

Tant qu'à faire les choses, autant les faire en grand et on retrouve pour inaugurer le tout Pouy / Baru avec Comme jeu des sentiers... et Prudon / Muzo pour Dead Line. Sont annoncés Daeninckx / Tignous et Carrese / Ferrandez, la maison ne se refuse rien.omme jeu des sentiers... est un exercice de style qui plaît particulièrement à JB Pouy. L'homme s'est fait plaisir « j'me suis marré à écrire ça » et ça se sent. Dans la cité des écrivains, Rimbaud attaque Verlaine... « et là, c'est le monde à l'envers... » c'est du Pouy, c'est bon, mais c'est pas du grand JB. Baru, quant à lui, excelle et ses illustrations sont superbes.

Dead Line est le récit d'un schizophrène, qui sort une journée de l'asile pour l'enterrement de son frangin. Evidement le garçon n'est pas en forme. « L'ordre de l'univers est une construction prodigieuse. Or récemment, écoutez-moi, il s'est produit une faille qui présente un lien des plus étroits avec mes destinées personnelles ». De fait, ça ne va pas trop pour le garçon qui a un peu l'esprit d'escalier... ça permet à Prudon de rebondir sur les mots, les sonorités, les consonances et d'installer son petit monde. Les illustrations de Muzo sont somptueuses, il faut le dire et ça fait un superbe bouquin.

Débuts prometteurs pour Liber Niger, à eux de poursuivre sur la même voie et d'arriver à être bien présents en librairie... car c'est pas le tout d'avoir les plus beaux livres, faut être diffué.

Dead line (couverture)

Christophe Dupuis

l'ours-polar©2017 | accueil | haut de page