retour a l'accueil accueil -> chronique bd n° 13 (début)

Les lectures BD de Stéfan
l'ours-polar

Le coin du buleur

par Stéfan

Alex Clément est mort | Quelque part entre les ombres

*Alex Clément est mort
Scénariste : Delphine Rieu
Dessinateur : Emmanuel Lepage
Editions : Vents d'ouest
119 pages. Format : 23 x 32 Dessin : N&B. Parution : octobre 2000. 118F

Alex Clément est mort. Ce matin, dans son appartement, décédé d'une crise cardiaque, passé la cinquantaine, ça peut arriver. Surtout depuis quinze jours les nerfs sont mis à rude épreuve à Marseille, des bombes explosent dans toute la ville, il n'y a pas de victimes, mais le port est submergé par une vague de terrorisme.
Peut-être qu'une explosion est à l'origine du décès de M. Clément, car il n'y a pas de meurtre, ni d'arme, pas même une goutte de sang... Mais des doutes et des suspects. Faut dire qu'ici règne une vive agitation, pour la demeure d'un mort, c'est indécent.
Pourquoi la petite Alice met le désordre dans les papiers comme une tornade blanche, alors qu'elle devrait faire le ménage ?
Que fait donc ici Mathieu, ce jeune étudiant en droit, qui se tient de travers, l'air embarrassé et maladroit ? Il ferait mieux de prévenir la famille.
Et qui est cet Antoine, soi disant livreur de pizza (anciennement chauffeur de taxi marseillais ?), quel rôle joue-t-il dans cette pièce ?
 Je vous le dis, cette histoire est louche. Pourtant selon le concierge, missieu Ben Ali, M. Clément serait quelqu'un de raisonnable.
Alors je vous le demande, que fait chez lui cette sacoche pleine de billets, et qui est cette mystérieuse personne qui fait des menaces au téléphone ?
 Tout cela est bien loufoque mais n'a rien de drôle, si la mère d'Alex Clément savait ça, elle serait folle d'inquiétude !
 

*Quelque part entre les ombres
Scénariste : J. Diaz Canales Dessinateur : J. Guarnido
Editions : Dargaud, Série : Blacksad
48 pages. Format : 24 x 32. Couleurs Parution : novembre 2000. 79 F

« Il y a des matins où l'on a du mal à digérer son petit-déjeuner... Surtout si on se retrouve devant le cadavre d'un ancien amour... Il fut un temps où cette belle actrice avait besoin de mes services comme garde du corps, et nous en étions tous les deux satisfaits.
Alors depuis que j'ai regardé son corps sans vie, j'ai repris du service.
On m'appelle BLACKSAD pour mon pelage noir et mon air de marbre. Et quoi qu'en dise ce bon berger allemand de commissaire, lorsqu'une belle chatte de mes amours se fait tuer, mon poil se hérisse et je sors les griffes.
Je remuerais ciel, terre, mer et père pour trouver le faux frère qui m'a ôté l'âme soeur. Pour cela je devrais être plus sournois qu'un serpent.
Je vais aller fourrer mon museau dans les bars louches tenus par des porcs, miauler dans les cimetières grouillants de rats mal famés.
Même si la vengeance est un plat qui se mange froid, la pâtée que je vais leur mettre, ça va chauffer !
J'ai des amis qui ont du flair chez les renards de la police, et j'ai de la chance, il paraît que les chats ont sept vies.
Alors gare à vous ! Ma couleur noire portera malheur à ceux qui se mettront en travers de ma gouttière ! Dans ce monde de bêtes, j'ai 30 millions d'ennemis. »

Stéphan

Lire la chronique de Christophe

l'ours-polar©2017 | accueil | haut de page